Musicienne, comédienne, clown ou papillon… difficile de décrire et faire rentrer Emmanuelle Saby dans une seule case. Elle aime les mots, les rencontres, croiser les univers et les cultures, se jouant des esthétiques. À travers des musiques et des pratiques bien différentes, elle croise le théâtre, la danse, le cirque, les clowns, côtoie le handicap. La seule constante serait la curiosité, son goût pour la découverte, le partage dans le jeu et une certaine dose de liberté. Si la musique vénézuélienne est aujourd’hui  le cœur de sa pratique, c’est au delà des notes et en mêlant toutes ces pistes que l’on peut plus largement définir son univers.

Jouant des clarinettes, flûtes, saxophone, cuatro, guitare et chant, son univers artistique s’enrichit au fil des rencontres et des projets auxquels elle participe, des musiques traditionnelles au jazz, de la chanson aux musiques improvisées, des musiques écrites aux musiques de tradition orale.

Elle a eu l’occasion de jouer avec La Tribu Hérisson et l’Arfi (Association à la recherche d’un folklore imaginaire), collectifs lyonnais de jazz et musiques improvisées de Lyon, d’accompagner des chanteurs comme Jacques Mayoud, Steve Waring, Gil Chovet, ou des projets avec la maîtrise de la Loire. Durant 6 ans elle accompagne des cours de danse contemporaine au CNSMD de Lyon en improvisation libre et travaille avec des personnes en situation de handicap avec l’association Eolo-Lyon.

De 2009 à 2012, elle partage l’aventure du Cirque Plume en tant que musicienne et clown dans le spectacle “L’atelier du peintre”.

Son goût pour le jeu théâtral et sa formation de musicienne intervenante en milieu scolaire (DUMI-Lyon) l’amènent au spectacle jeune public. Depuis 2014, trois spectacles intègrent successivement la programmation des Jeunesses Musicales de France. Brin de Poulettes (théâtre musical jeune public avec Odile Bertotto / Compagnie E.P.A.), Vous avez le Bonjour de Yodok (théâtre musical, avec Véronique Ferrachat / Compagnie Philomène) et enfin Canto in fabula – contes et chants du Venezuela, avec le conteur vénézuélien Victor Cova Correa / Terre à conter.

Curieuse des musiques du monde, c’est auprès de Jean-Michel Cayre avec qui elle travaille de nombreuses années, qu’elle découvre les musiques sud-américaines, et plus particulièrement la musique d’Argentine. Mais c’est en découvrant la musique vénézuélienne en 2013 qu’elle a l’impression d’avoir trouvé sa véritable maison. Elle obtient alors deux bourses de compagnonnage auprès de l’Adami avec le  CPMDT puis FAMDT, pour travailler auprès de Cristóbal Soto en 2014 puis Leo Rondón en 2016.

Elle mène depuis plusieurs projets de musique vénézuélienne, du solo au trio. Le spectacle A la Vaca Mariposa est un hommage à la culture paysanne et à Simón Díaz, célèbre compositeur vénézuélien. Dans son solo Caramba mi amor,  elle nous parle d’amour tout en s’accompagnant au cuatro, à la guitare et à la clarinette. Elle a également l’occasion de jouer en duo avec des musiciens vénézuéliens de passage en France comme le guitariste-maraquero Manuel Rangel et se produit également en duo avec Cheo Hurtado, cuatriste de renom, lors de ses venues en Europe.