MécaniStibul – Patrick Sapin

Machines sonores à plier les rêves de Patrick Sapin
Performance musicale et visuelle

Création pour Les Festivals Jazz en Vercors et Rhinojazz(s) festival 2011

Avec « mécaniStibul », Patrick Sapin propose une confrontation entre une musicienne improvisatrice soliste, Emmanuelle Saby, clarinettiste vocaliste et comédienne, et un dispositif sonore mécanique ; une confrontation entre une musique sans cesse renouvelée (improvisation) et une musique qui peut devenir répétitive (musique mécanique).

Le public est installé en périphérie d’un espace circulaire (une aire de cirque ?) sur lequel sont disposés onze «Stibuls», onze machines sonores mécaniques à commandes électriques. Le musicien-manipulateur est placé en périphérie du cercle et peut mettre en mouvement à distance chaque Stibul créant ainsi un environnement sonore bruitiste. La musicienne se déplace sur l’aire de jeu et utilise cet environnement sonore et visuel comme un support à son improvisation.

Du choix de l’aire de jeu circulaire découlent une proximité et une spatialisation du son et du jeu scénique très particulières qu’un rapport frontal au public ne peut permettre. L’absence d’amplification et le choix d’un niveau sonore peu élevé met les auditeurs dans une situation d’écoute rare et subtile.

Au travers de l’esthétique des machines sonores, on peut percevoir quelques références à des artistes du siècle dernier comme Jean Tinguely, Alexander Calder, Marcel Duchamp ou encore Piet Modrian et Gerrit Rietveld.

Cette performance musicale, de par sa souplesse, sa construction ludique, et la mise en œuvre de différentes disciplines artistiques (musique, jeu scénique et arts plastiques) peut s’adresser à des publics et des contextes de programmation très variés : festivals de musique, théâtre, jeune public, crèches… etc.

Un moment de musique, d’humour, et de poésie, une bouffée d’air dans un monde qui a parfois tendance à vivre en apnée…

 

www.patricksapin.org/mecanistibul/